Megazine

Né le 4 mars 1938 à Boké, une ville située à 300 kilomètres de Conakry, en Basse Guinée, le professeur Alpha Condé est le premier président démocratiquement élu de l’histoire de la république de Guinée. Après le scrutin pluraliste du mois de 27 juin 2010, dont le second tour a eu lieu en novembre 2010, sous la présence de la communauté internationale, à travers un Groupe International de Contact mis en place, pendant la période transition militaire installée à la disparition du président Lansana Conté en 2008..

Universitaire diplômé de la faculté de droit de la Sorbonne et de l’Institut d’études politiques de Paris, a commencé par une carrière de professeur de droit public à l’université de la Sorbonne, à Paris. Arrivé en France à la fin des années 1950, où une décision familiale l’envoie faire ses études dans le sud de la France, le futur étudiant passionné de politique, devient rapidement une grande figure du monde estudiantin africain, à la tête de la puissante Feanf (Fédération des étudiants d’Afrique noire en France), creuset de la future élite africaine post indépendance. Homme politique, l’auteur de « La Guinée, Albanie de l’Afrique, ou néo colonie américaine » est resté un fervent militant de la cause africaine et de la lutte pour la démocratie sur le continent africain et dans son pays. Ce qui lui vaudra une condamnation à mort par contumace de l’ancien régime du président Ahmed Sékou Touré, après le débarquement du 22 novembre 1970 à Conakry attribué aux opposants guinéens armés, financés et soutenus par le Portugal.


C’est le début d’un exil qui dure jusqu’à la disparition du fondateur du président Ahmed Sékou Touré, le 26 mars 1984. Après l’arrivée des militaires au pouvoir à Conakry, le 3 avril 1984, Alpha Condé connaît une phase d’observation, avant de prendre le chemin définitif du retour le 17 mai 1991, date de son retour triomphal en Guinée, après plusieurs années d’exil. Pour exiger l’ouverture du champ politique et l’instauration du multipartisme intégral, avec les premières manifestations politiques. Ce mouvement de foule marque la première vague « des marées jaunes du professeur Alpha Condé » comme on désigne, en Guinée, les grands rassemblements populaires, pouvant atteindre des centaines de milliers de personnes, qui accompagnent fréquemment ses discours, déplacements et tournées à travers le pays. Grâce à ses revendications, le multipartisme est instauré en Guinée en avril 1992, permettant, en principe, à tout guinéen de créer le parti de son choix. Le (RPG) est pratiquement premier parti d’opposition officiellement reconnu par le régime du général Lansana Conté. Alpha Condé e sera le président du plus grand parti politique du pays, le seul à n’avoir jamais participé à un gouvernement du président Ahmed Sékou Touré à Lansana Conté, ou Moussa Dadis Camara, malgré de nombreuses offres politiques qui lui sont faites à intervalles réguliers..

 

Lors des élections présidentielles de 1993 et 1998, l’opposant est considéré par nombreux observateurs nationaux et internationaux, comme le vrai favori du scrutin de 1993, ceux ci dénoncent un climat de fraude, lorsque l’administration électorale annule précipitamment la totalité des votes dans de grandes localités de Haute Guinée (Siguiri et Kankan) où Alpha Condé arrive largement en tête. Dans un climat de contestation et de mécontentement populaire, le RPG prône l’apaisement, demandant à ses militants de ne pas descendre dans les rues, de se résigner et d’accepter ces résultats afin d’éviter une guerre civile. Il déclare : « je ne suis pas venu en Guinée pour gouverner des cimetières ». C’est le parti d’opposition a obtenir une quarantaine de députés aux premières élections législatives de 1995.

Alpha Condé refuse de nombreuses sollicitations ministérielles, primature comprise pour son mouvement. Le climat se détériore en 1998. Lors de l’élection présidentielle suivante, il est arrêté en plein processus électoral puis emprisonné, sans procès équitable. Son incarcération jugée injustifiée par la communauté internationale, divise l’opinion, suscitant une vive émotion en Afrique et dans le monde, depuis l’incarcération. Malgré le procès qui se tient plus de 20 mois après, sans la levée de son immunité parlementaire.. L’affaire donne lieu à un procès retentissant débuté le 12 avril 2000, après plusieurs reports, c’est un tournant politique important pour la Guinée. condamné à cinq ans de prison pour « atteinte à la sûreté de l’état guinéen » et « emploi illégal de la force armée », le lundi 11 septembre 2000. Alpha Condé est finalement libéré le 18 mai 2001, date à laquelle il fait l’objet d’une grâce présidentielle, plus de 21 mois après son arrestation et huit mois après un procès organisé par la Cour de Sûreté de l’Etat Guinéen. Depuis la mort de Lansana Conté en décembre 2008 et la prise du pouvoir par la junte militaire de Dadis Camara, Alpha Condé milite au sein des « Forces Vives », constituées de l'opposition politique, des syndicats et des acteurs de la société civile, pour la tenue d’élections justes, transparentes et inclusives en 2010. Il est en visite à New York quand l'armée réprime dans le sang un rassemblement de l'opposition à Conakry, le 28 septembre 2008, tuant 157 civils. Condé est alors l'un des premiers opposants à fustiger le "pouvoir criminel" et à dénoncer la responsabilité du chef de la junte dans le massacre.
La période qui suit, celle du général Sékouba Konaté conduit à la conclusion des accords de Ouagadougou le 10 janvier 2010, pour une nouvelle transition de six mois conduisant à l’élection présidentielle. A l’issue de cette transition, le candidat de la coalition Rpg arc en ciel, est élu président de la république pour un mandat cde cinq ans renouvelable une fois.

 

Secteur de croissance prioritaire au même titre que l’Agriculture et l’Energie, le secteur minier Guinéen repose sur une concentration de ressources minérales, reconnue comme l’une des plus importantes au monde :bauxite (+ 40 milliards de tonnes de bauxite à 40% Al2O3), de minerais de fer (+10 milliards de tonnes de haute qualité), d’or (plusieurs milliers de tonnes), de diamant (généralement de qualité joaillerie) ainsi que des indices importants d’uranium, de graphite, de cuivre et de pétrole. Les mines contribuent à hauteur de 12 à 15% du PIB de la Guinée à travers plusieurs exploitations :

Or : plus de 700 000 onces par an (parmi les 10 premiers producteurs du continent Africain) ;

Diamant : 700 000 carats par an en moyenne (2010-2015, production totalement artisanale).

Secteur de croissance prioritaire au même titre que les Mines et l’Agriculture, l’Energie en Guinée bien que présentant un potentiel énorme estimé à 6 000 MW,

  guinea map

La République de Guinée est située au sud-ouest de l'Afrique Occidentale avec une superficie de 245 857 km2. Elle est bordée par six pays : la Guinée Bissau à l’Ouest, le Sénégal et le Mali au Nord, la Côte d’Ivoire à l’Est, le Libéria et la Sierra Léone au Sud. C'est un pays côtier avec 333 km de littoral maritime sur l’atlantique.

La Guinée dispose de richesses hydrographiques importantes, d’un riche potentiel minier (Deux tiers des réserves mondiales de bauxite, or, diamant, fer de riche qualité, manganèse, zinc, cobalt, nickel, uranium) encore sous exploité.

La population guinéenne présente une grande diversité ethnique. Les groupes ethniques sont les suivants : les Malinkés, les Koniankés, les Peulhs, les Toucouleurs, les Diakankés, les Soussous, les Bagas, les Nalous, les Mikoforès, les Kissis, les Guerzés, les Tomas, les Manons, les Konos, les Badiarankés, les Bassaris, les Koniaguis, les Landoumas, les Lélés, les Foulakoundas, les Tomamanians, les Kourankos, les Djallonkés.

La Guinée comprend huit (8) régions administratives et quatre (4) régions naturelles, auxquelles correspondent quatre types de relief, de climat, de faune, de flore, de traditions historiques et culturelles distinctes.


Chef de l’Etat : Président Alpha Condé

Premier ministre : Mamady Youla

Géographie Superficie : 245 857 km²

Capitale : Conakry

Côte maritime : 333 Km

Langue officielle : Français

Monnaie : Franc guinéen – GNF

Indépendance : 2 octobre 1958

Démographie : Population : 12 395 924 (Banque mondiale, 2016)

Densité : 50 habitant/km² (Banque mondiale, 2016)

Croissance démographique : 2,5% par an (Banque mondiale, 2015)

Espérance de vie : 59 ans (Banque mondiale, 2016)

Taux d’alphabétisme des adultes : 32% (UNESCO, 2014)

Religion : Islam (85%), christianisme (8%), animisme (7%)

Langues parlées : Kissi, Kpèlè, Koniaka, Koniagui, Malinké, Poular, Soussou, Toma

PIB : 6 298,93 USD (Banque mondiale, 2016)

PIB par habitant : 560 USD (Fonds monétaire international, 2013)

Taux de croissance du PIB : 5,2 % (Banque mondiale, 2016) 

 

L’agriculture guinéenne dispose d’importants atouts qui offrent de nombreuses possibilités d’accélération de la croissance et de création d’emplois durables. Ce potentiel présente la capacité à la fois d’assurer l’autosuffisance alimentaire de la population, de dégager des revenus d’exportation importants, notamment par le biais des cultures de rente et d’ouvrir la voie à des investissements rentables et à forte valeur ajoutée.

 

Avantages Concurrentiels

Terres arables:- 6,2 millions d’hectares ; (25 % exploités soit 1,55 millions d’hectares et 10% annuellement cultivés 0,62 millions d’hectares)

Potentiel de terres irrigables:- 364 000 ha (seuls 30 200 ha actuellement aménagés)

Réseau fluvial:- 6 250 km 1 161 cours d’eau 24 bassins versants

Patrimoine Forestier:- Environ 2,7 millions d’hectares soit 11 % du territoire national

Pluviométrie favorable:- Entre 1200 mm au Nord et Nord-Est et 6 000 mm dans le Fouta Djalon ; plus de 400 milliards de m3 d’eau/an.

La diversité des conditions climatiques, les ressources hydrauliques et la fertilité des sols confèrent à la Guinée un avantage comparatif naturel dans la production d’une grande variété de produits.

 

Organisée par le Gouvernement, avec l’appui de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), la Journée Internationale des Migrants a été célébrée,

Mamadi TOURE 
Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger

Contactez-nous

Joomla forms builder by JoomlaShine

Abonnez-vous à notre newsletter et restez au courant des derniers développements au Ministère des Affaires Etrangères

T: +224 656 28 12 35

E: contact@mae.gov.gn
Go to top